Reseaux sociaux

Effectif

Attention à la bombe : Jarrett Allen et Taurean Prince débarquent à Cleveland

Attention à la bombe : Jarrett Allen et Taurean Prince débarquent à Cleveland

Il y a des news qui donnent le smile. Enfoncés dans une spirale négative consécutive aux innombrables blessures de l’effectif, les Cavaliers viennent de signer un gros coup en enregistrant les arrivées de Jarrett Allen et Taurean Prince. Faisant parti du trade historique entre les Rockets et les Nets autour de James Harden, les deux jeunes joueurs débarquent donc dans l’Ohio à la surprise générale mais surtout au plus grand bonheur des Cavaliers.

 

Les dessous du trade : une longue quête du pivot du futur pour les Cavs

Bien évidemment, la majorité des médias basket s’attarderont sur l’arrivée de James Harden aux Nets. Normal quand on connait le pedigree de l’ancienne superstar de Houston. On parle quand même de l’un des 5 meilleurs joueurs de la dernière décennie et de l’un des meilleurs attaquants de l’histoire de la balle orange. Le voir rejoindre deux autres superstars à Brooklyn soulèvent donc autant d’attentes que d’interrogations.

Mais pour que ce trade se réalise, il fallait arriver à convaincre les Rockets, dans une position de plus en plus instable au fur et à mesure que l’ambiance du vestiaire se dégradait. Pour tous les fans de NBA, il était plus qu’évident que les Rockets allaient récupérer Caris LeVert et Jarrett Allen, les deux immenses promesses de Brooklyn. Et pourtant, Houston ne voulait d’aucun des deux. Si le trade ultérieur entre Victor Oladipo et Caris LeVert peut faire sens d’un point de vue sportif et financier, pourquoi donc les Rockets ont-ils refusé de récupérer Jarrett Allen ?

La réponse se situe sans doute dans la situation contractuelle du jeune intérieur. Actuellement dans sa quatrième année professionnelle, l’ancien pivot des Longhorns du Texas arrive à la fin de son contrat rookie et il demandera beaucoup d’argent à l’intersaison 2021. Sans doute plus d’argent que les Rockets ne seront prêts à lui donner, eux qui ont déjà John Wall et Christian Wood sous contrat.

Dès lors, il fallait trouver une équipe capable d’accueillir le pivot et d’offrir un semblant de contrepartie acceptable aux nouveaux dirigeants de H-Town. Et c’est là que les Cavaliers entrent dans la danse. Mais au fait ? Pourquoi les Nets et les Rockets ont-ils été chercher leur partenaire dans l’Ohio et non dans l’une des nombreuses équipes recherchant un jeune pivot (coucou les Hornets) ?

Tout simplement parce que Cleveland voulait VRAIMENT Jarrett Allen et que les Nets étaient au courant de leurs intentions. Déjà lors de la longue intersaison 2020, les membres du front office des Cavaliers étaient venus prendre la température auprès de leurs confrères new-yorkais. A l’époque, ils s’étaient vu refuser un éventuel trade du jeune joueur. Brooklyn comptait sur lui pour faire partie intégrante de la rotation articulée autour de Durant et Irving.

Sep 27, 2019; Brooklyn, NY, USA; Brooklyn Nets center Jarrett Allen (31) poses for a portrait during media day at HSS Training Center. Mandatory Credit: Nicole Sweet-USA TODAY Sports

Mais ce refus n’a jamais vraiment arrêté les Cavaliers qui avaient toujours Jarrett Allen en tête, bien décidés à lui faire une grosse proposition à la free-agency 2021, alors quand les Nets ont appelé mercredi afin de les associer au trade, personne n’a hésité dans l’Ohio. Par la magie des équilibres de salaire, les Cavaliers ont même réussi à obtenir Taurean Prince, le jeune poste 3 (ou 4) drafté par les Hawks il y a quelques années. Mais ne vous y trompez pas, ce trade est centré autour de Jarrett Allen pour les Cavaliers.

Au final, voici le bilan de ce trade pour les Cavaliers : Dante Exum (contrat expirant) + 1er tour de draft 2022 des Bucks (donc entre 25 et 30) + 2nd tour de draft 2024 des Cavs contre Jarrett Allen + Taurean Prince. Deux jeunes joueurs sans avoir à toucher à son young core ou à ses propres picks de draft ? Quel steal pour Cleveland.

Mais au fait, pourquoi Jarrett Allen ?

On a expliqué plus haut que les Cavs voulaient Jarrett Allen depuis longtemps. Mais pourquoi ? Alors même qu’Andre Drummond était arrivé dans un trade tout aussi surprenant il y a un peu moins d’un an, pourquoi les Cavs ont-ils été chercher un nouveau pivot ? Les raisons sont multiples et elles répondent à une logique différente de celle ayant permis l’arrivée d’Andre Drummond.

Il y a un an, les Cavaliers étaient l’une des pires défenses de la ligue et même l’une des pires de l’histoire de la NBA. La rotation intérieure centrée autour de Tristan Thompson ne permettait pas de stabiliser une défense aux abois et la défense était l’une des priorités du staff, alors dirigé par John Beilein, et du front office. Quand, le soir de la trade deadline, les Cavaliers ont récupéré Andre Drummond, ils venaient de tenter un coup de poker. En envoyant juste John Henson, Brandon Knight et un 2nd tour de draft 2023 des Warriors, les Cavs venaient de récupérer un intérieur double All-Star quasiment gratuitement.

L’idée était double : sur le court terme, il s’agissait de renforcer la rotation intérieure, de stabiliser la défense et d’offrir une cible de pick and roll au duo Sexton – Garland. Sur le long-terme, cela donnait une garantie au poste de pivot en cas de départ de Tristan Thompson, taulier historique, et un joueur capable d’accompagner la progression des jeunes extérieurs draftés par les Cavs.

Mais, si au vu de la contrepartie offerte aux Pistons l’opération Andre Drummond pouvait difficilement être un échec, rien ne garantissait qu’elle pouvait être une solution viable sur le long-terme, notamment parce que Drummond est agent-libre en 2021 et que les négociations pour sa prolongation de contrat entamées à l’été 2020 n’ont pas abouti. Les Cavs se sont donc immédiatement mis à la recherche du joueur capable de devenir leur titulaire indiscutable au poste de pivot. Et Jarrett Allen était une cible évidente pour tout le monde, staff et fans compris, surtout après l’échec de négociations avec les Pacers au sujet de Myles Turner.

Issu de la prestigieuse fac de Texas, véritable usine à pivots NBA, le jeune joueur né à San Diego propose des arguments solides. Au-delà de son immense envergure et de son sens du timing qui ont fait de lui l’un des contreurs les plus prolifiques de NBA, Jarrett Allen propose le package complet du joueur pouvant devenir une ancre défensive en NBA. Gros travailleur, doté d’un bon QI, d’une excellente mobilité pour sa taille, il arrive à Cleveland pour un remplir un rôle précis dans ces Cavs new-gen.

Head coach des Cavaliers depuis 9 mois, J.B. Bickerstaff s’est mis en tête de faire des Cavs une équipe défensive, physique et accrocheuse. Et pour l’instant, la mission est réussie avec brio. Pire défense de NBA l’an dernier, les Cavs sont aujourd’hui dans le top 3 des meilleures défenses grâce à un savant mélange de compétences individuelles (Okoro, Nance, Drummond, McGee, c’est solide) et de nouveaux systèmes, notamment une défense de zone 2-3 très mobile et agressive.

Mais l’apport de Jarrett Allen n’est pas uniquement défensif. En effet, cette saison Andre Drummond est plus dominant que jamais de ce côté du terrain et il va seulement rentrer dans son prime, il pourrait devenir la pièce angulaire de la défense des Cavaliers. Seulement voilà, pour gagner des matchs de basket, il faut souvent marquer plus de points que son adversaire et pour l’instant, Andre Drummond ne rassure pas.

Son début de saison est même carrément médiocre en attaque. Adepte du jeu au poste bas, le pivot le plus poilu du nord des Etats-Unis ne brille ni par son toucher de balle, ni par son footwork ni par son tir extérieur. Bref, rien ne va et son efficacité est absolument cataclysmique. En plus d’être mauvais en attaque, Drummond ne fait rien pour améliorer sa réussite. Au lieu de profiter de sa mobilité et sa puissance pour jouer dans le mouvement, sur pick and roll notamment, il s’entête à enchaîner les possessions au poste bas, bien souvent au détriment du jeu collectif des Cavaliers et de l’efficacité de leur attaque.

On ne compte plus le nombre de pertes de balle, de tirs contrés, de lay-ups foirés de manière spectaculaire et de passes pas assurées accumulés par le pivot. Et dans une équipe, certes diminuée par les blessures, mais qui cherche à développer ses jeunes guards, il devient de plus en plus clair qu’Andre Drummond ne correspond pas. Le pivot veut jouer à sa manière sur le parquet et il semble malheureusement incapable de comprendre le rôle qui doit être le sien, celui d’un éboueur de luxe.

C’est là un autre avantage de Jarrett Allen. Le jeune intérieur connait son rôle, il sait ce qu’il sait faire, ce qu’il peut faire et ce qu’il doit faire sur le parquet. Alors oui, il est sans doute moins talentueux offensivement qu’Andre Drummond, il a un moins bon handle et une moins bonne vision du jeu que le double All-Star. Mais il ne multipliera pas les touches au poste et les possessions stériles. Il fera ce qu’il sait faire : poser des écrans, rouler vers le cercle, et scorer sur des dunks ou des lay-ups très simples, ce que Drummond ne semble même pas en mesure de faire correctement.

Voici donc un tableau comparatif entre les deux pivots :

 

Allen offre d’ailleurs une verticalité bienvenue dans l’Ohio. Si Javale McGee offre déjà cette capacité à jouer au-dessus du panier (contrairement à Drummond qui n’a pas la détente nécessaire), Allen cumule cela avec une vraie capacité à poser des écrans. On a pu le voir à l’œuvre à Brooklyn, avec Kyrie Irving, Spencer Dinwiddie ou Caris LeVert et c’est une autre raison qui a poussé les Cavs à s’intéresser à lui. Réussir le développement de Darius Garland va être primordial pour le futur de la franchise de l’Ohio, lui offrir des partenaires capables de créer des décalages grâce à leurs écrans et capables de finir au-dessus du cercle est l’un des meilleurs moyens pour le mettre dans de bonnes conditions pour réussir.

Quel avenir pour Andre Drummond et Javale McGee ?

Sans surprise, les deux victimes de ce splendide trade réalisé par Koby Altman sont les deux joueurs qui seront en concurrence directe avec Jarrett Allen. Drummond et McGee réalisent une saison solide, notamment en défense mais leurs destins seront sans doute bien différents.

Javale McGee sur le départ ?

Comprenez bien, les deux joueurs n’ont sans doute aucun avenir dans l’Ohio, mais ils risquent de partir à des dates différentes. Javale McGee est d’ores et déjà très demandé. Triple champion NBA avec les Warriors puis les Lakers, l’ancien MVP du Shaqtin a fool s’est bâti une solide réputation de role player utile à des équipes visant le titre NBA. Mobile, aérien et peu demandeur en ballon, il pourra rempiler dans son rôle de soutier chez un contender sans aucun problème. D’après Joe Vardon (The Athletic) et Chris Fedor (cleveland.com), les Cavaliers auraient déjà reçues des appels concernant McGee, tout nous porte donc à croire qu’il sera tradé avant la deadline, histoire de rentabiliser encore un peu plus une super affaire pour les Cavaliers.

Arrivé dans l’Ohio pour créer un spot pour Marc Gasol chez les Lakers, les Cavaliers ont donc récupéré Javale McGee avec un second tour de draft 2026 en plus. Si les Cavs réussissent à le trader à nouveau chez un contender en récupérant un ou deux picks supplémentaires, la réussite de l’opération aura été totale.

Qui veut de Dédé Drummond ?

Concernant Andre Drummond, l’affaire s’annonce plus compliquée. Déjà parce que Drummond réalise une saison solide défensivement, mais catastrophique en attaque. Qui voudra d’un joueur avide de ballons au poste bas alors qu’il est mauvais dans ce domaine ? Mais également à cause de son salaire. Si McGee possède un salaire légèrement supérieur à 4 millions de dollars, il faudra dépenser près du septuple pour Andre Drummond qui émarge à plus de 28 millions de patates.

Si le contrat expirant de Dédé et son profil peuvent intéresser des équipes (Charlotte ? Boston ? Toronto ?), quelle équipe voudra se séparer d’assets pour récupérer 6 mois d’un joueur qui demandera un contrat totalement déraisonnable lors de la free agency ?

Voilà tout le problème pour les Cavaliers, embarqué dans une galère similaire à celle des Pistons l’hiver dernier. Mais tout n’est peut-être pas mauvais dans cette histoire. En effet, Drummond pourra sans doute terminer sa saison à Cleveland, histoire non seulement de continuer à apporter en défense, mais également pour limiter les stats de Jarrett Allen, réduisant peut-être ainsi ses prétentions salariales pour l’été prochain. Surtout, les Cavaliers ont déjà utilisé à de nombreuses reprises (plus par nécessité que par volonté stratégique pure je vous l’accorde) deux pivots simultanément, donc pourquoi pas voir Drummond ET Allen ensemble sur le parquet pendant quelques séquences ?

Je vous l’accorde, l’idée fait froid dans le dos, surtout quand on aime le basketball. Mais au-delà d’essayer de vous convaincre que cette association a de l’avenir (car elle n’en a pas), l’idée est de montrer qu’il n’est peut-être pas plus mal de garder Andre Drummond jusqu’à la fin de la saison. De voir ses minutes baisser et surtout de pouvoir profiter de l’immense cap space que son départ offrira à la fin de la saison pour renforcer l’équipe de manière intelligente.

Néanmoins, il reste fort à parier que Koby Altman fera tout son possible pour trouver une équipe capable de lâcher quelques assets supplémentaires afin de pouvoir finir de fignoler le youg core. Un départ d’Andre Drummond serait également une très bonne nouvelle pour la draft NBA, permettant aux Cavs de perdre assez de matchs pour avoir un pick assez haut pour une cuvée qui s’annonce brillante.

La bonne affaire Taurean Prince et le bordel sur les ailes

On avait presque oublié d’en parler, mais les Cavaliers ont donc réussi à obtenir Taurean Prince en plus dans ce deal qui ressemble vraiment au casse du siècle. Drafté en 2016 par le Jazz et envoyé aux Hawks dans la foulé, l’ailier passé par Baylor débarque dans l’Ohio avec une réputation de solide défenseur extérieur. Si son tir extérieur n’est pas excellent (36.6% en carrière), il apportera néanmoins un spacing suffisant dans une équipe qui est bonne dernière de NBA dans cet exercice crucial.

Et oui, il fut un temps pas si lointain (septembre dernier) où la rotation extérieure des Cavs ressemblait à s’y méprendre à Pompei après l’éruption du Vésuve et nous voilà aujourd’hui avec des problèmes de riches. Okoro, Osman, Prince et bientôt Dylan Windler, voilà quatre joueurs qui devront se partager les minutes au poste 3. La polyvalence de Taurean Prince lui permettra sans doute d’épauler Larry Nance Junior sur un poste 4 bien vide en l’absence de Kevin Love. La hiérarchie ne devrait pas bouger pour le moment, Okoro et Osman étant les premières rotations sur l’aile, Prince commencera sans doute par dépanner poste 4.

Avec un nouveau forward polyvalent dans le roster, Koby Altman a fait un move discret mais qui sera terriblement utile aux Cavs. Le message est clair : les Cavs veulent que leur défense soit la meilleure de NBA, ce sera la base de la culture de Bickerstaff et Altman.

 

On répond à vos questions :

Chers amis fans des Wolves (et de toutes les autres équipes NBA), Larry Nance Junior ne bougera pas de Cleveland. Ni aujourd’hui, ni cette saison, ni les prochaines. Les Cavs tiennent l’un des meilleurs défenseurs de NBA, qui entre tranquillement dans son prime physique même si son jeu ne cesse de progresser, pour un contrat ridiculement bas. Sportivement, il n’y a aucune raison de le trader pour autre chose que plusieurs premiers tours de draft.

En plus de cela, le bonhomme est né à Akron (oui, comme LeBron et Stephen Curry), est fan des Cavaliers, des Browns et des Indians depuis sa naissance, est le fils d’une légende locale qui a son maillot retiré au plafond, et est très impliqué dans la communauté, faisant la promotion de boutiques locales avant chaque match. Il n’y a donc aucune, je répète AU-CU-NE raison, de s’en séparer.

Oui, Jarrett Allen est là pour rester à Cleveland. Il ne bougera pas. Les Cavaliers ont enfin leur pivot du futur capable de stabiliser leur défense, il n’a que 22 ans et une superbe coupe de cheveux. Il reste.


C’est là le génie de ce trade. Les Cavs étaient prêts à faire une GROSSE offre à Jarrett Allen à l’été 2021. En effet, il n’a pas encore signé de prolongation de contrat et il sera donc agent libre RESTREINT cet été. Brooklyn aurait donc eu la possibilité de s’aligner sur toutes les offres. Après ce trade, c’est Cleveland qui dispose de cette capacité d’action. Si Jarrett Allen signe une offre plus importante que prévue avec une autre équipe, Cleveland aura le dernier mot et pourra le garder quoi qu’il arrive.

 

Du mouvement à prévoir ? Oui, sans aucun doute. Prochainement ? Non. Cleveland a tout le temps jusqu’à la deadline pour faire monter les enchères concernant Javale McGee et Andre Drummond, les deux candidats évidents à un départ. Les Cavs seraient susceptibles de rechercher un meneur vétéran capable de faire tourner l’attaque sans croquer la gonfle, même si Damyean Dotson a mérité de pouvoir jouer quelques minutes à ce poste.

Honnêtement, je ne suis pas dans la tête de ce bon vieux Koby Altman. Idéalement, les Cavs sont juste assez inexpérimentés pour être une année encore dans la loterie NBA. Idéalement toujours, ils sont assez chanceux pour drafter dans le top 4 à l’été 2021. Mettre la main sur un joueur comme Cade Cunningham (ce serait la chance d’une décennie), Evan Mobley, Jalen Suggs ou Jalen Johnson serait une manière idéale de finaliser le roster qui se lancera dès l’an prochain à la conquête des playoffs de la conférence Est.

 

Koby Altman est un sacré filou. Alors que tout le monde s’écharpait pour savoir ce que les Rockets allaient récupérer du trade de James Harden, il est venu sans un bruit pour ramasser de sacrées miettes. Jarrett Allen et Taurean Prince viennent compléter un groupe affamé, à la défense solide et aux ambitions qui n’attendent qu’à se révéler. Un coup de maître qui offre à Cleveland son pivot pour les années à venir sans rien donner en retour. Difficile de ne pas être ravi.

Fan des Cavaliers depuis 2013, je cherche depuis une raison de m'accrocher à une équipe qui passe le plus clair de son temps à me détruire le cœur.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *