Reseaux sociaux

News

Cleveland gagne enfin

Cleveland gagne enfin

Après 6 défaites de suite, Cleveland s’est enfin imposé pour ce qui était le premier match d’une longue série à domicile. Face aux Blazers et malgré l’absence de Kevin Love, les Cavaliers ont proposé un match plein et montré de très belles choses sur lesquelles on vous propose de revenir.

Une performance collective enfin aboutie

Dans un début de match fermé avec des défenses en place, Cleveland a souvent joué avec Tristan Thompson. Ce dernier, profitant de l’absence d’Hassan Whiteside, a énormément profité de son avantage physique sur Anthony Tolliver, pivot titulaire pour l’occasion, afin de mettre les Cavaliers dans l’avancée. Mais plus que Tristan, c’est l’autre client de Klutch Sports, Jordan Clarkson, qui s’est illustré.

Avec 9 points rapidement inscrits et quelques paniers très importants pour garder le momentum en faveur des Cavs, le sixième homme a sorti une grosse prestation. 28 points en seulement 9 tirs, c’est exceptionnel et il est pour beaucoup dans le succès des Cavaliers.

Pourtant, toute l’équipe s’est mise au diapason et réduire la performance collective des Cavaliers aux seuls vétérans serait une erreur. Larry Nance Junior aura été très précieux au rebond et en attaque, confirmant son regain de forme depuis plusieurs matchs. Collin Sexton aura été agressif comme à son habitude, délivrant même quelques jolies passes que ses coéquipiers n’ont pas converties. On aurait aimé voir Darius Garland plus à son avantage au scoring (9 points à 3/12) mais il commence à trouver ses spots. Il a eu 6 tirs à 3 points grands ouverts hier soir et il y a fort à parier qu’une fois parfaitement en rythme, il augmentera drastiquement sa réussite.

Mais l’autre homme de la partie, c’est bien évidemment Cedi Osman. Suite à sa performance face aux Mavricks, nous écrivions ici que son utilisation devait augmenter, qu’il devait toucher plus le ballon et avoir plus de responsabilités dans la création offensive. Hier soir, sa performance fut extrêmement plaisante. Agressif en transition et très à l’aise sur demi-terrain avec quelques merveilles de passes pour ses intérieurs, il aura manqué de réussite pour avoir une ligne statistique rendant honneur à son match.

Avec 5 points (2/11), 12 rebonds et 5 passes (3 caviars gâchées par TT et Nance), il continue de montrer qu’il faut compter sur lui. Quand Cedi est impliqué en attaque et ne se contente pas de se poser dans le corner, c’est toute l’équipe qui est meilleure. Les espaces se créent plus facilement, Garland peut avoir plus de tirs en catch and shoot et le mouvement de balle est optimal.

En conférence de presse, John Beilein a encensé Osman et sa capacité à faire le geste juste, préférant toujours exécuter le right play que de prendre ses tirs. On se répète mais si Osman continue d’avoir autant de responsabilités et que son tir se développe enfin (1/7 derrière l’arc hier soir), le contrat que lui a offert Koby Altman ressemblera de plus en plus à l’affaire du siècle pour les Cavaliers.

Enfin, autre acteur majeur de la performance collective aboutie des Cavaliers, Alfonso McKinnie continue de s’intégrer au roster des Cavaliers. Arrivé quelques jours avant le début de la saison régulière, son profil versatile, sa défense et sa capacité monstrueuse à prendre des rebonds des deux côtés du terrain en font un atout précieux en sortie de banc. En 15 petites minutes hier soir, il a eu un différentiel de +14, de loin le meilleur de tous les joueurs présents sur le parquet. La rotation sur l’aile semble en bien meilleure posture si lui et Windler parviennent à proposer des performances comme celle-ci sur la durée.

Une défense enfin récompensée

Face au Heat et face aux Mavericks, Cleveland a explosé en défense. Face à des équipes pleines de shooteurs, Cleveland avait subi la loi de leurs adversaires, ces derniers créant des runs monumentaux en très peu de temps. Pourtant, la défense des Cavaliers était loin d’être honteuse. Les Mavs par exemple, avait réussi un nombre insoutenable de paniers contestés (merci Porzingis et Doncic), rendant impossible la réplique pour des Cavaliers fort démunis de ce côté du terrain. Quelques jours plus tôt, c’était le Heat qui avait assommé les Cavaliers au terme d’une démonstration symbolisée par les 8 paniers de Duncan Robinson.

Hier soir, Cleveland n’a rien connu de tel. Face à des Blazers peu connus pour leur partage du ballon (ils sont l’une des pires équipes au nombre d’assists), les Cavaliers ont parfaitement défendus la ligne à trois points, leurs adversaires ne réussissant que 35% de leurs tentatives lointaines. Mais plus que cela, Cleveland a parfaitement contenu la peinture dégarnie des Blazers.

Sans Whiteside, Collins ou Nurkic, les joueurs de Portland ont dû artiller à mi-distance, la pire zone du terrain, dans des situations rendues délicates par la bonne défense au corps à corps de Sexton notamment. Ce dernier, très actif en défense encore une fois, a beaucoup alterné, gardant tantôt McCollum, tantôt Lillard, pour une très bonne réussite.

Si Lillard revenait de blessure après deux matchs sans jouer et qu’il manquait forcément d’un peu de rythme, il ne faut pas nier que la défense collante et agressive de Collin Sexton ainsi que la bonne dissuasion de Thompson et Larry Nance ont grandement servi à lui rendre la tâche difficile.

Enfin relancée après 6 défaites consécutives, Cleveland va jouer ses 5 prochains matchs à domicile. L’occasion d’améliorer un peu un bilan déjà parmi les plus mauvais de la ligue et surtout, de continuer à progresser des deux côtés du terrain. On espère voir une nouvelle performance de qualité dès lundi soir face à Brooklyn.

Fan des Cavaliers depuis 2013, je cherche depuis une raison de m'accrocher à une équipe qui passe le plus clair de son temps à me détruire le cœur.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *