Reseaux sociaux

News

Il faut du changement

Il faut du changement

C’est difficile de dire ce qui ne va plus. Après un début de saison solide derrière une véritable alchimie de groupe, les Cavaliers ont vécu une semaine plus que délicate. 5 défaites consécutives par un écart moyen de 15 points et surtout, l’impression que l’équipe est très loin de pouvoir rivaliser avec ses adversaires. Cette désagréable sensation s’est encore reproduite hier soir lors d’une nouvelle défaite face au Heat (100-124).

Le résumé : Duncan Robinson est à la fois le meilleur Duncan et le meilleur Robinson de l’histoire, quel joueur.

On va la faire courte. Cleveland a sombré dès le début du match. Comme une semaine plus tôt face au même Heat, Cleveland n’arrive pas à limiter les tirs extérieurs adverses. Duncan Robinson va rentrer 7 tirs à 3 points au cours d’une mi-temps exceptionnelle en terme d’adresse collective. 69% de réussite au shoot et 60% derrière l’arc. Dès lors, il est impossible de lutter pour des Cavs limités et trop peu agressifs.

Au retour des vestiaires (50-75), John Beilein change son cinq et propose une line-up Dellavedova – Clarkson – KPJ – Nance – Love. De manière opposée à la première mi-temps, cette équipe parvient à contenir les assauts adverses, la communication est meilleure et Cleveland défend bien mieux. Mais l’attaque n’y arrive pas et Cleveland se trouve incapable de réaliser le moindre run significatif. Finalement, Cleveland va s’incliner lourdement, encore, ne gagnant la seconde mi-temps que d’un petit point.

Le joueur : Kevin Love ne mérite pas ça

Kevin Love ne mérite pas une équipe qui joue aussi mal. Le début de saison était prometteur et Love était le leader silencieux d’une équipe décidée à jouer les trouble fête dans le bas de tableau de la Conférence Est. Pourtant, quelques jours plus tard, voilà l’équipe bien mal en point et on a presque de la peine pour Kevin Love. Encore diablement efficace face au Heat, il termine la rencontre avec 25 points et 13 rebonds, marquant à lui seul 1/4 des points d’une équipe censée reposer sur un collectif performant.

Love est au niveau attendu, maintenant, il va falloir trouver rapidement des solutions collectives.

Le débat : que changer ?

Pas de côtés positifs et négatifs L’équipe ne tourne plus rond et John Beilein en est conscient. Depuis plusieurs matchs, la défense est catastrophique et personne, hormis Love et Sexton, ne se montre au niveau attendu. Dès lors, il va falloir faire quelque chose. En attendant les retours de John Henson, censé protéger la raquette, et de Dylan Windler, censé apporter énormément en attaque, John Beilein va devoir prendre des décisions.

Le duo d’intérieur est aujourd’hui intouchable. Love et Thompson sont la base de l’équipe des deux côtés du terrain et leur régularité est l’une rares choses sur lesquelles John Beilein peut compter tous les soirs. Ainsi, il est inimaginable de les voir quitter le starting five.

Cedi Osman, en grande difficulté des deux côtés du terrain sur les derniers matchs devrait sans doute finir sur le banc, laissant sa place à Kevin Porter Junior, Alfonso McKinnie ou Dylan Windler dans un futur proche. Le turc est le joueur possédant l’usage rate le plus faible de l’équipe cette saison, il est clairement sous-utilisé. De plus, sa défense semble avoir repris le niveau catastrophique de l’an dernier malgré sa capacité à faire des interceptions. Aujourd’hui, un passage sur le banc, dans un rôle plus conséquent serait l’idéal. Plus de playmaking, plus de pick and roll, bref, plus de Cedi Osman car au final, ce dernier ne peut se contenter d’un rôle de 3&D qui ne lui convient absolument pas (vu qu’il ne rentre pas une cacahuète et défend plus que moyennement).

L’autre décision repose sur la paire de jeunes guards des Cavaliers. Après des débuts séduisants, les deux guards n’y arrivent plus ensemble. Trop petits et pas assez bons en défense, ils ont tous les deux trop besoin du ballon pour exister. Surtout, le manque d’agressivité de Darius Garland empêche le duo de réellement fonctionner. Dès lors, plusieurs solutions se proposent mais lequel des deux envoyer sur le banc ?

Aujourd’hui, Collin Sexton est une valeur sûre au scoring et il défend mieux que son compère. Pourtant, Garland est bien meilleur dans la gestion du jeu et du tempo. Il est celui qui possède le plus de chances de devenir le meneur titulaire des Cavaliers. Cependant, il est trop peu agressif et a du mal à s’habituer à la desnité physique de ces adversaires et des raquettes de la NBA. Ainsi, une solution serait de mettre Matthew Dellavedova à la place de Garland afin de voir ce dernier progresser face à des joueurs moins forts, lui permettant de progressivement prendre ses marques au scoring. L’autre consiste à placer Sexton dans un rôle de meneur en sortie de banc et de le remplacer par Dellavedova ou KPJ.

Quelques 5 majeurs potentiels :

  • Dellavedova / Sexton / Osman / Love / Tristan
  • Garland / Porter Junior / McKinnie / Love / Tristan
  • Dellavedova / Sexton / Kevin Porter Junior / Love / Tristan

John Beilein a moins de 48 heures pour trouver la bonne formule car les Cavaliers rejouent face à Dallas lors du dernier match d’un road trip difficile à encaisser. Après un super début de saison, l’équipe doit rebondir rapidement pour ne pas s’enfoncer dans une spirale négative dont il serait impossible de se relever. Le coaching staff a fait un super travail jusqu’ici et le voilà confronter à sa première crise majeure, sa manière de la résoudre sera une bonne indication de son acclimatation à la NBA.

Fan des Cavaliers depuis 2013, je cherche depuis une raison de m'accrocher à une équipe qui passe le plus clair de son temps à me détruire le cœur.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *