Reseaux sociaux

News

J.B. Bickerstaff devrait renouveler son contrat dans l’Ohio

J.B. Bickerstaff devrait renouveler son contrat dans l’Ohio

En poste avec les Cavaliers depuis le 19 février et la démission de John Beilein, J.B. Bickerstaff est confiant sur son avenir avec les Cavaliers. Dans un entretien avec Marc J. Spears d’ESPN, l’ancien coach des Rockets et des Grizzlies s’est confié sur sa vision de l’avenir.

La première chose à retenir, c’est que le fils de Bernie Bickerstaff était extrêmement motivé à l’idée de coacher à nouveau en NBA.

Il explique ainsi : « Je voulais être un coach à nouveau. Je voulais avoir l’opportunité de construire quelque chose de spécial. Je pense que cette organisation est en train de tout mettre en place pour construire une équipe qui gagne. Koby et moi avons une super relation, j’aime la direction qu’il prend pour l’équipe et les joueurs qu’il amène. Je pense que nous sommes sur la même page et nous avons l’opportunité de grandir ensemble. Il y a une vision claire de ce que nous voulons faire et du processus pour être champions une nouvelle fois. »

Cette relation avec Koby Altman devrait se traduire rapidement par un nouveau contrat, histoire de lier un peu plus la franchise de l’Ohio à son nouvel entraîneur : « À ma connaissance, nous renégocierons un contrat. Mais ce n’est pas un intérim actuellement, j’ai eu une conversation avec Koby et il m’a dit que j’étais le coach pour l’avenir. L’idée est de revenir l’année prochaine avec un nouveau contrat. »

La patience comme maître mot

On l’a compris, J.B. Bickerstaff est confiant sur son avenir, celui-ci devrait se passer dans l’Ohio mais il a aujourd’hui peu d’informations sur le roster qui sera le sien au cours de son aventure. Néanmoins, il insiste sur les fondations solides qui devront être celles des Cavaliers : « Le développement prend du temps, de la patience et de la compréhension. On a de jeunes arrières et cela prend du temps à développer« . L’important c’est d’aller pas à pas et de toujours voir le but final car « ce n’est pas nécessaire de faire de grands bonds en avant sur de courtes périodes de temps« .

Depuis le départ de John Beilein, J.B. Bickerstaff est le nouvel homme fort des Cavaliers. Mais au-delà du soutien de son vestiaire, des vétérans jusqu’aux jeunes joueurs, le nouveau coach put compter sur l’appui de son père, conseiller de Koby Altman.

Le soutien du vestiaire et du front-office, parfait pour débuter

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Bernie Bickerstaff est un habitué de la NBA. Coach pendant plus de 40 ans, champion en tant qu’assistant avec les Bullets en 1978 et intégré au front-office des Cavaliers depuis 2014, Bickerstaff-père est un soutien précieux pour son fils et ce dernier sait que, si son aventure se passe mal dans l’Ohio, il ne sera pas seul.

John Beilein s’est également montré confiant sur la capacité de J.B. Bickerstaff à pouvoir guider cette équipe à travers la reconstruction. Une reconstruction qui s’annonce longue, difficile mais à laquelle J.B. a été préparé par ses différentes expériences à Houston et Memphis.

Si Bickerstaff ne s’est jamais retrouvé dans une position similaire à celle qu’il va affronter, il a souvent joué au pompier de service, tentant de sauver les meubles au cours de ses deux dernières missions de coachs. Perdu à Houston à la fin de l’ère Kevin McHale et coach d’une équipe en fin de cycle dans le Tennessee, il n’aura jamais eu la chance d’avoir un projet à construire de A à Z.

C’est aujourd’hui sa mission et, pour l’instant, après seulement 4 petits matchs, il semble sur la bonne voie. « La saison n’est pas finie« , tel était son message à son intronisation en tant que nouveau coach, un message de challenge pour ses joueurs qui ont encore beaucoup à prouver individuellement et collectivement.

Jouer dur, jouer collectif et toujours tout donner sont pour l’instant ses consignes les plus claires. L’idée est de développer une vraie compétition, un challenge permanent pour des joueurs tombés dans le confort des rotations de John Beilein. Avec Bickerstaff, il faut jouer bien si l’on veut voir le parquet, et ça change tout.

La route est longue pour J.B. Bickerstaff, très longue. Si les franchises se séparant de leurs coachs connaissent souvent une courte lune de miel, le nouveau coach des Cavaliers va tout faire pour que cette belle période continue. En jouant dur, en challengeant toujours plus ses joueurs pour enfin instituer les fondations d’une équipe qui gagne.

 

Fan des Cavaliers depuis 2013, je cherche depuis une raison de m'accrocher à une équipe qui passe le plus clair de son temps à me détruire le cœur.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *