Reseaux sociaux

News

L’ambition de J.B. Bickerstaff : sérénité, sérieux et innovation pour la fin de saison.

L’ambition de J.B. Bickerstaff : sérénité, sérieux et innovation pour la fin de saison.

Le nouvel entraineur des Cleveland Cavaliers, J.B. Bickerstaff, n’est pas là pour faire de la figuration. Nommé Head Coach suite à la démission de John Beilein, le fils de Bernie Bickerstaff arrive avec l’ambition de construire une culture de la gagne dans l’Ohio en se basant sur les essentiels : don de soi et jeu collectif, de quoi rassurer les fans ? Cette saison a tout de la saison catastrophe pour les Cavs qualifiée de perdue pour les Cavs. Avant-dernier de la conférence Est (à égalité avec les Knicks 13ème) et abonnés aux histoires extra-sportives, il y a de quoi être exaspéré et même inquiet de la situation de la franchise. Pourtant, si l’on ne peut pas dire que l’optimisme est de sortie, Bickerstaff se veut rassurant et innovant.

Utiliser la fin de saison pour tenter des choses nouvelles

Avant un été charnière pour la reconstruction, l’ancien assistant a déclaré que l’équipe allait faire des « expériences » lors des 28 derniers matchs de la saison. Si les Cavs n’ont pas encore prévu de faire des changements dans le 5 majeur, J.B. Bickerstaff va tenter de nouvelles rotations afin de pouvoir terminer la saison avec quelques certitudes individuelles et collectives. Il a notamment mentionné la possibilité de voir Kevin Porter Jr. jouer meneur, d’un potentiel duo Drummond-Thompson dans la raquette oiu du développement d’une line-up small-ball.

Le fait de vouloir essayer Kevin Porter Jr. comme meneur de jeu rappelle ce que le Miami Heat a fait avec Justise Winslow la saison dernière. Grand et pas habitué à ce poste, Kevin Porter Junior possède pourtant des atouts certains pour s’amuser dans cette configuration. Doté d’une vision du jeu très sous-cotée, l’ancien d’USC possède un handle et une capacité créatrice exceptionnelle qui ne demandent qu’à se développer.

Le forcer à jouer meneur de jeu ne peut que servir son développement en le poussant à travailler des choses nouvelles afin d’étoffer son jeu. Depuis l’intronisation de J.B. Bickerstaff, KPJ s’est signalé par des performances irrégulières mais ses 30 points face au Heat et ses 6 assists face aux Sixers tendent à confirmer une chose : le gamin est talentueux au possible, et il est très rassurant de voir que J.B. Bickerstaff prend son développement à cœur.

Ainsi, Bickerstaff veut innover, tenter des choses nouvelles afin de pimenter la fin de saison et surtout pour entamer l’été avec une vue claire des possibilités de ce roster. Son coup d’éclat le plus brillant jusqu’ici ? Le repositionnement de Larry Nance Junior au poste 3 lors des deux dernières victoires face au Heat et aux Sixers. Face à des équipes sans ailiers dominants, Bickerstaff aura utilisé le profil complet de Larry Nance Junior afin de solidifier la défense, le rebond et d’apporter une présence supplémentaire dans la peinture adverse.

Ainsi, LNJ aura défendu Duncan Robinson, Derrick Jones Junior, Matisse Thybulle et d’autres lors des deux derniers matchs, apportant sa hargne, sa défense et son QI à une rotation qui en avait besoin. Jusqu’à quand cela marchera-t-il ? On ne sait pas, mais il faut déjà saluer l’initiative de Bickerstaff qui a réussi à améliorer la défense en utilisant la mobilité exceptionnelle de Larry Nance dans un rôle nouveau.

Main chaude et compétitivité, du nouveau dans les rotations.

Surtout, au-delà de ses ambitions et de ses tentatives innovantes, J.B. Bickerstaff va tenter d’apporter de l’ordre et du sérieux à une organisation qui ressemblait plus à une ménagerie qu’à un vestiaire NBA. Les coups de gueule de Kevin Love ou d’autres joueurs ne seront pas tolérés, les contre-performances non plus. Et c’est là un pas majeur franchi par les Cavaliers : la méritocratie est de retour.

Loin des rotations millimétrées et sans âme de John Beilein, J.B. Bickerstaff fait confiance aux joueurs en forme et n’hésite pas à garder sur le banc les joueurs hors de forme. Kevin Love a regardé la fin du match face aux Wizards les fesses vissées sur le banc, KPJ a goûté à ce traitement face au Heat avant que Collin Sexton n’en fasse les frais au match suivant. La gestion du duo Tristan Thompson / Andre Drummond répond à la même logique : tu veux jouer, t’as intérêt à te donner et à produire.

Avec J.B. Bickerstaff, tu ne lui parles pas d’âge. T’es bon, tu joues, tu n’es pas bon, tu ne joues pas. L’ancien coach des Grizzlies ajuste ses rotations en fonction de la main chaude et du rendement effectif de ses joueurs, pas de leur statut ou de leur importance dans le projet à long-terme de la franchise. Résultat ? Les Cavaliers ont été compétitifs tous les soirs et l’investissement est total car la présence des joueurs sur le parquet dépend désormais de leur niveau.

Cette nouvelle mentalité se ressent, les joueurs semblent plus soudés, ils font les efforts nécessaires sur chaque action, ils sont clairs, directs entre eux et, sans surprise, les Cavs sont meilleurs. Cela ne fait que 4 matchs mais pour l’instant, Bickerstaff a tout bon dans sa gestion des hommes et dans ses rotations : pas de passe-droits, pas de cadeaux, il faut travailler dur pour jouer et c’est comme cela que l’on installe des fondations solides pour l’avenir.

Aujourd’hui, J.B. Bickerstaff a démarré idéalement sa nouvelle carrière. Mais la saison est encore longue et elle ne sera pas facile. Coincés entre la nécessité de tanker pour sauver leur pick (protégé top 10) et la volonté de gagner le plus de matchs possibles pour partir sur des bases saines en vacances, les Cavaliers sont dans une situation loin d’être idéale pour un coach. Pourtant, les bases de son coaching et de sa gestion des hommes semblent pour l’instant très bonnes. Entre responsabilisation des jeunes joueurs, valorisation du niveau de jeu et discipline, J.B. Bickerstaff vient de poser les bases d’une culture intéressante.

Fan des Cavaliers depuis 2013, je cherche depuis une raison de m'accrocher à une équipe qui passe le plus clair de son temps à me détruire le cœur.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *