Reseaux sociaux

Top 50

Top 50 des Cavaliers : N°11 Bingo Smith

Top 50 des Cavaliers : N°11 Bingo Smith

Mesdames et messieurs, notre joueur du jour fait certainement parti du classement des plus belles coupes afro que la NBA ait connu! Aujourd’hui on va parler coiffure et photométéore, car on s’attaque à un joueur qui, malgré sa haute place dans notre classement, est un joueur méconnu de notre franchise! Un joueur dont le maillot a été retiré! Vous allez me dire « Quoi? Comment un joueur avec son maillot retiré peut-il être méconnu? »… J’en ai aucune idée moi non plus! Alors voici sans plus attendre Robet « Bingo » Smith!

Notre joueur est né le 26 février 1946, dans la ville de Memphis, dans le Tennessee, ville sans franchise à l’époque. Il y passera sa jeunesse, étudiant à Melrose High School, établissement de la ville, avant de rejoindre l’université de Tulsa, dans l’Olkahoma. C’est là-bas que son surnom « Bingo » lui sera donné. Tout simplement par soucis de confusion, car deux autres partenaires avait le même surnom, à savoir « Bobby ». Il y restera quatre années, durant lesquelles il tournera à 17.58 points et 9.5 rebonds, performances qui permettront au combo arrière/ailier, lors de sa dernière année, d’être nommé meilleur joueur de la Missouri Valley Conference (MVC) et d’être nommé dans la First-Team All-MVC et également d’intégrer la grande ligue.

En effet, il s’inscrit à la Draft de 1969, où il fut sélectionné en 6ème position du premier tour par une jeune franchise nommée les San Diego Rockets, avant d’être dé-localisé deux années plus tard du côté de Houston. Une première saison plutôt réussi pour lui avec 7.3 points, 4.4 rebonds et 1 passes décisives par match de moyenne en 16 minutes. Si individuellement, le rookie ne s’en sort pas trop mal, ce n’est pas le cas du collectif, avec un bilan de 27 victoires pour 55 défaites. Malgré des stats intéressantes pour un jeune joueur, il ne passera qu’une saison là-bas.

Un évènement va tout changer dans sa carrière. Un an après son arrivée en NBA, trois nouvelles équipes débarquent. Lesquelles? Les Portland Jail Trail Blazers, les Buffalo Braves et enfin les Cleveland Cavaliers! Qui dit expansion, dit joueur retenu ou non par les franchises existantes. Comme vous pouvez le deviner, les Rockets ont eu à l’époque la très bonne idée de ne pas retenir Bingo Smith, qui sera sélectionné par notre franchise, durant l’été 1970. Lors de son arrivée, Bill Flitch, entraineur des Cavs, et Nick Mileti, propriétaire de la franchise, lui promettent une chose : « Dans cinq années, nous lutterons pour un titre  NBA ». Soyons sincères, difficile d’y croire un seul instant. On parle d’une franchise qui vient de se créer. Imaginez, même si à l’époque les choses étaient totalement différentes, mais qu’une franchise rejoigne la ligue, Seattle ou Kansas City par exemple, et que les dirigeants aient ce genre de discours… Il faut être optimiste… Et pourtant, l’avenir leur dira (presque) raison.

Pour son premier match dans l’Ohio, et le premier match de la franchise, Bingo Smith finit avec 21 points, 7 rebonds et 2 passes décisives, en 35 minutes pour une moyenne à 52.6% au shoot. Ne me demandez pas pour les trois points, à l’époque Curry, Ray Allen & Co n’aurait pas été aussi impressionnant statistiquement puisque ça n’existait pas… C’est certainement la seule chose à retenir de ce match, puisque le score sera de 92 à 107 pour les Buffalo Braves… Pour sa première saison dans la grande ligue, la franchise perd ses 15 premiers matchs. Rien que ça! Difficile de croire au discours du front office en voyant ceci… Surtout que la saison se conclut avec 15 victoires pour 67 défaites. Individuellement parlant, la saison du sophomore est bonne avec 15.2 points, 5.6 rebonds et 3.4 passes décisives par match, finissant ainsi dans le top 5 de l’équipe dans ces mêmes catégories.

Les trois années qui suivront seront du même acabit pour Bingo et ses coéquipiers… avec un total de 84 victoires pour 162 défaites. Statistiquement par contre, le natif de Memphis est un de celui qui s’en sort le mieux avec 12.8 points, 4.8 rebonds et 2.3 passes. Au fur et à mesure des années, il verra l’effectif se renforcer avec des joueurs tels que sort Austin Carr, Dick Snyder, Foots Wlaker ou encore Campy Russell.

La saison 1974/1975 fut la meilleure d’un point de vu individuelle pour notre joueur. Non seulement les Cavs finissent avec un bilan presque neutre de 40 victoires pour 42 défaites, passant à deux doigts des play-offs, mais en plus de ça, « Bingo » finit avec 15.9 points, 5 rebonds et 2.8 passes décisives de moyenne par match. Tireur extérieur régulier il est très utile au coach pour créer du spacing. Il finit la saison meilleur marqueur de la franchise. Devenant au fil du temps un membre important de l’équipe et un des chouchous du public avec son fameux « shoot arc-en-ciel », dû à la trajectoire du ballon lorsqu’il shootait. Le front office s’était trompé… L’équipe ne s’était pas qualifiée pour les play-offs, comme promis lors de son arrivée. En faite, il fallait attendre l’année suivante.

La saison 1975/1976 commençait différemment pour les Cavaliers. En effet, l’effectif avait quelque chose de très intéressant, notamment avec l’arrivée de Nate « Post LeBron » Thurmond. Imaginez un tel joueur s’ajouter à un effectif composé d’Austin Carr, Dick Snyder, Campy Russell et Bingo Smith! Le tout coaché par Bill Flitch! Mélangez tout ça et vous aurez quoi? (Bibidi Bobidi Bou…) Une franchise qui atteint les play-offs pour la première fois de son histoire! C’est ainsi que tout ce petit monde, fort d’une saison régulière de 49 victoires, se retrouvent en  play-off, comme promis 6 années au par avant par le front office. La franchise obtient une qualification en terminant deuxième de la conférence est et obtenant ainsi son premier titre de division en 1976. Le tout avec une saison en 13.6 points, 4.2 rebonds et 1.9 passes décisives de moyenne par match.

Pour ce premier tour de play-off de l’histoire de la franchise, les Cavs affronteront les Washington Bullets. Une série particulièrement serrée. Un premier match perdu, faisant ainsi perdre l’avantage du terrain, à la franchise de l’Ohio. Les joueurs se rattraperont en remportant le deuxième match, à l’extérieur, et le troisième match, à domicile, suite de très bon matchs de Bingo Smith. La suite, vous la connaissez, puisqu’elle vous a été racontée lors de la présentation de Dick Snyder, joueur qui enverra tout Cleveland sur le toit du monde, avec un tir (très spécial je vous l’accorde) main droite avec l’aide de la planche! Shoot dont vous pouvez retrouver l’extrait sonore lors du générique d’excellents podcats fait par vos serviteurs. Sans le savoir, Bingo Smith et sa bande, venaient de vivre ce qui serait appelé plus tard « Le Miracle de Richfield ». Tout comme le shoot de Snyder, la suite vous a également été comptée précédemment. La blessure de notre pivot titulaire, Jim Chones, empêcha l’équipe de pouvoir lutter pleinement face aux Boston Celtics de John Havlicek et Paul Silas. Néanmoins, ce que le front-office avait annoncé s’était réalisé. En six années, les Cleveland était passé du statut de nouvelle franchise à franchise atteignant les finales de conférence. Bon, précision quand même qu’on devra attendre plus de 30 ans et l’arrivée de LeBron « Dieu » James, pour atteindre à nouveau ce stade…

Les trois saisons suivantes allaient être différente de cette dernière. L’équipe se qualifiant en play-off pour les saisons 1976/1977 et 1977/1978. Après un bilan de 43-39 en saison régulière et se faisant éliminer au premier, face aux Washington Bullets puis aux New York Knicks, pour ces deux années. La saison 1978/1979 sera plus délicate avec un bilan négatif de 30 victoires pour 52 défaites et une cinquième place de la division centrale. Sur cette période, notre combo arrière/ailier tourna en 12 points, 3.1 rebonds et 1.5 passes décisives de moyenne. Sans le savoir, il venait de faire sa dernière saison sous le maillots des Cavs.

Après 8 petits matchs, notre joueur est tradé aux San Diego Clippers, où il ne restera qu’une année, contre un troisième tour de draft. Près d’un mois après son départ, et neuf années à porter le maillots des Cavs, son maillot fut retiré par les Wine & Gold, alors même qu’il était encore en activité.

Bingo Smith prit sa retraite en 1980 après 11 années dans la grande ligue. Il était connu shoot à longue distance, la ligne à trois points n’existant pas à l’époque sinon il aurait eu des stats plus marquantes, ainsi que pour son « shoot ar-en-ciel», très populaire auprès des fans dans les années 70.

Notre joueur aura donc joué 865 matchs en NBA, scorant 10 882 points, prenant 3 630 rebonds et effectuant 1734 passes décisives, soit de 12,6 points, 4,2 rebonds et 2,0 passes décisives de moyenne par matchs. Le tout à 44,9% au shoot.

Aujourd’hui encore, il est le 3ème joueurs des Cavaliers en nombre de matchs joués, 6ème meilleur marqueur de l’histoire de la franchise avec 9 543 points et 10ème meilleur rebondeur avec 3 057 rebonds. Il est également un membre du Hall of Fame de l’Université de Tulsa et du Ohio Basketball Hall of Fame depuis 2016.

Voilà qui est Robert « Bingo » Smith! Moins proche de la franchise depuis un arrêt cardiaque en 1999 l’ayant affaiblit sérieusement, il n’en reste pas moins un fervent surpporter des Cavs. Nous parlons ici d’un grand monsieur, d’un des précusseur de l’histoire de notre franchise, l’un des membres de la « Miracle Team ». Un joueur ayant participé à l’évolution de la franchise, qui se doit d’être connu aussi bien pour son histoire sous le maillot de notre franchise, que pour sa coiffure ou son shoot si particulier. Aujourd’hui, il était important de vous parler d’un des joueurs les plus oubliés de notre histoire, à une époque où les anciens sont trop souvent négligés, pour une époque considérée comme la préhistoire de la NBA. Maintenant vous n’avez plus d’excuse et vous comprendrez mieux la raison pour laquelle, lorsque les caméras filment les maillots retirés par la franchise, le numéro 7 de ce grand monsieur a été retiré.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *