Reseaux sociaux

Top 50

Top 50 des Cavaliers : N°17 Andre Miller

Top 50 des Cavaliers : N°17 Andre Miller

Andre Lloyd Miller, dit Andre Miller pour les intimes, ou encore The Professor pour les fans de basket des années 2000, est né dans la ville des anges un 19 Mars 1976. Après avoir fréquenté les bancs de la Verbum Dei High School dans sa ville natale, le jeune Andre déménage dans l’état de Utah, dans la faculté des Utes. Il y suit un cursus complet, progresse dans l’équipe universitaire et termine sa dernière saison à quasiment 16 points et 6 passes. L’élimination surprise au deuxième tour face aux RedHawks de Miami, malgré la bonne performance du meneur, ne refroidit pas les scouts NBA qui pensent tenir une pépite.

Quelques mois plus tard, Jim Paxson -fraîchement arrivé dans l’Ohio en tant que GM- décide de sélectionner Andre Miller en 8e position, juste entre Richard Hamilton et Shawn Marion, mais loin devant Emanuel « Manudona » Ginobili, future légende des Spurs. La première saison de Miller lui vaut une place dans la All-Rookie First-Team, aux côtés de Elton Brand, d’un Steve Francis bondissant, d’un Lamar Odom qui ne se battait pas encore avec sa Kardashian et de Wally Szczerbiak, que Miller connait bien vu qu’il faisait partie de l’équipe des RedHawks qui l’avait éliminé l’année précédente lors de la March Madness.

Après une deuxième saison à 16 points et qui le voit terminer 5e meilleur passeur de la ligue avec 8 passes décisives par soir, Miller enchaîne une troisième saison dans l’Ohio, sans doute la meilleure individuellement de sa carrière. Bien qu’esseulé, il termine la saison meilleur passeur de la ligue avec 10,9 caviars par soirée, 4,7 rebonds et 1,6 interceptions, le tout accompagné de plus de 16 points. Pour se remettre la performance dans le contexte, il faut bien visualiser la chose suivante : entre 1999 et 2011, Jason Kidd, Steve Nash et Chris Paul se partagent 12 des 13 titres. Le 13e, et bah c’est pour DD Miller, et dans une équipe des Cavs qui compte comme meilleurs joueurs … Lamond Murray et Wesley Person. Bonjour la performance. Au cours de la saison d’ailleurs, les Cavs, habitués du fait, mangent ENCORE un Game Winning Shot par un Jordan de 76 ans sur une action défensive LE-GEN-DAI-RE (NDLR : la défense des Cavs a oublié MICHAEL GOAT JORDAN sur la dernière action d’un match serré, voilà, 0 vanne).

Néanmoins, les performances collectives des Cavs sont médiocres et le front office veut du changement. Miller est alors envoyé aux Clippers contre Darius Miles et Harold Jamison et c’est la fin de son aventure aux Cavs.

Après une saison blanche aux Clippers, Miller s’installe à Denver et découvre enfin la joie des Play-Off, notamment en devenant le lieutenant d’un certain Carmelo Anthony. Ces Nuggets très bons sur le papier lutteront pendant 3 ans sans dépasser toutefois le stade du first round. Après 3 ans et demi de bons et loyaux services, Dédé est transféré en Pennsylvanie contre EL FAMOSO ALLEN IVERSON. Dédé est alors dans la force de l’âge et son association aux côtés du très jeune mais fantastique André (lui-aussi) Iguodala ravit les fans des 76ers.

2 saisons plus tard et après 2 campagnes de play-off, Miller entame sa fin de carrière en signant d’abord aux Blazers pour épauler Brandoy RIP Roy et Lamarcus Aldridge dans une saison à 50 victoires puis en revenant à Denver via un trade avant d’errer en back-up meneur, d’abord à Washington, puis à Sacramento pour finir finalement sa longue carrière en 2016, après avoir visité les Wolves et les Spurs.

Au final, Dédé Miller, c’est 16 ans en NBA, 1304 matchs joués et seulement 3 ratés pour blessures en 16 saisons. Un Homme de fer. Jamais All-Star, et pourtant. Seul joueur dans le club des 16k points/8k assist/1k5 interceptions à ne l’avoir jamais été. 12 points, 3 rebonds et 7 passes sur 16 ans en NBA, 90% des joueurs vendent un rein pour sa carrière. Mais, et ça, ça restera, DD peut se targuer d’être la 11e passeur le plus prolifique de l’histoire de la NBA. Une carrière NBA riche, longue, plaisante, qui commença comme bon nombre dans l’Ohio, chez nous, à Cleveland.

###AUTEUR : Charles Dubois ###

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *