Reseaux sociaux

Top 50

Top 50 des Cavaliers : N°42 Richard Jefferson

Top 50 des Cavaliers : N°42 Richard Jefferson

Richard Allen Jefferson est né le 21 juin 1980 à Los Angeles. L’ailier de 2m01 fait sa formation chez les Wildcats d’Arizona. Après 3 saisons sans réelles évolution (toujours 11 points 5 rebonds et 5 passes de moyenne par match sur les 3 saisons), il est drafté en 13ème place de la draft 2001 par les New Jersey Nets.

Ses débuts en NBA sont très prometteurs. Remplaçant de Keith Van Horn sur sa saison rookie, il sera élu dans la 3e All-Rookie Team.

Dès sa deuxième saison, il devient titulaire au poste 3 d’une des meilleure équipe NBA. Sur ses 5 premières saisons, il ne ratera jamais les playoffs. Malheureusement pour les Nets et pour RJ, saison après saison l’équipe devient moins dominante. Après une finale NBA en 2002 et une autre en 2003, les Nets ne dépasseront jamais le stade des demi-finales de conférence.

La meilleure saison personnelle de Richard Jefferson fut la saison 2005/2006. Sur cette saison il marquera plus de 22 points par match avec plus de 4 rebonds et plus de 4 passes décisives par match.  Très fort pour un joueur qui revenait tout juste d’une rupture des ligaments de son poignet gauche qui lui fera raté presque la totalité de la saison 2004/2005.

En 2008, RJ est transféré aux Milwaukee Bucks contre Yi Jianlan et Bobby Simmons. Malgré une bonne équipe autour de lui avec Michael Redd, Ramon Sessions, Andrew Bogut ou un certains Tyronn Lue, la greffe ne prend pas vraiment et les Bucks rateront les playoffs avec seulement 34 victoires.

Il continuera son tour de la NBA en étant échangé aux Spurs. Après 2 saisons il est échangé aux Warriors contre Stephen Jackson et un premier tour de draft. Une année plus tard, il est envoyé à Utah pour faire de la place dans le salary cap pour faire venir Andre Iguodala. Pour finir il signera après une saison à Dallas.

Le 3 juillet 2015, il signe un nouveau contrat avec les Mavericks, mais coup de théâtre. Le 21 juillet, il revient sur sa décision et débarque dans l’Ohio.

Il devient immédiatement un jour important de la rotation. Pas dans l’impact statisique mais dans la cohésion du groupe et surtout il apporte enfin une doublure à LeBron James. Sa saison se passe dans l’anonymat. On fait un bond en avant. Après une campagne sans trop de problèmes à l’Est, les Cavs retrouvent les Warriors pour la revanche de la finale de l’année d’avant. Après une blessure de Kevin Love et alors que les Cavaliers se font marcher dessus par Golden State, RJ prend la place de titulaire. Il aidera à lancer le plus grand come-back de l’histoire de ce sport. Après des performances historiques de LeBron James et Kyrie Irving et malgré le retour de Kevin Love, il garde un impact important dans l’équipe.

Après The Block et le shoot de Kyrie Irving, il annoncera sa retraite quelques minutes après la fin du match dans une scène mythique.

Il reviendra sur sa décision et décidera de refaire une dernière saison à Cleveland. Après une saison dans le calme, on se retrouve en finale NBA toujours face aux mêmes Warriors. Par contre cette fois un énorme problème se présente, les Warriors ont rajouté Kevin Durant à leur armada. Les Cavs ne pourront rien faire et ils s’inclineront 4-1 en finale.

Il rejouera encore une vingtaine de match la saison d’après avec les Denver Nuggets avant de prendre officiellement sa retraite.

Joueur adoré de tous et parfait dans un vestiaire, Richard Jefferson aura laissé une marque indélébile à Cleveland en étant un des membres du seul titre de l’histoire de la franchise.

Si vous avez du temps, vous pouvez écouter ses podcasts avec son ami de Cleveland Channing Frye et bien évidemment le suivre sur les réseaux sociaux. Vous n’allez pas être déçu.

Click pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *